Restaurant Le Rococo Gujan-Mestras

Grillades et grignotages, décor baroque raffine et ambiance chaleureuse

Restaurant consulté : 6177 fois.

Le Rococo : il y a 7 commentaire(s), postez le votre !

Vous avez déjeuné
dans ce restaurant ? Donnez-nous votre avis

Carte restaurant Le Rococo

Genre

Restaurant Le Rococo à Gujan-Mestras

Il y a 1 photo(s) disponible(s)

Téléphone du restaurant : Le RococoTéléphone : 05 57 52 40 71

Adresse du restaurant : Le RococoAdresse :

24 AVENUE DE LA GARE 33470 GUJAN MESTRAS


Note globale :

N/A Notez ce restaurant

Les derniers avis sur Le Rococo

Le Rococo Il y a 7 commentaire(s) sur ce restaurant. La note moyenne des internautes est de 8,6 sur 10

Johann - St Médard en Jalles - 02/05/2012

Un moment exceptionnel.

Nous sommes allés manger hier soir au Rococo à Gujan pour notre anniversaire de mariage. Je n'ai pas souvent l'habitude de laisser des avis sur un restaurant mais là, là, c'est une nécessité. Car les repères sont difficiles à trouver parfois, tant la qualité n'est plus en phase avec les avis, l'argent, la réputation et les différentes expériences. Malheureusement de plus en plus couramment, de plus en plus souvent, banalement, il y a une confusion entre les établissements qui servent des plats et font la vaisselle derrière, qui nous font nous demander quelle est la cuisine centrale industrielle qui fournit le grand sud-ouest, et ceux qui ont une cuisine à côté de la salle, avec un cuisinier et des serveurs, parfois compétents et qualifiés. (En effet, il n'est malheureusement pas anodin que certains confondent la cuisine et les sanitaire tant l'usage de produits dits frais peut parfois justifier des prix aussi fantaisistes que le résultat des fantasmes d'un cuisinier ayant des velléités artistico-people). Sur Bordeaux, il devient difficile, quand bien même il s'agit d'une des capitales gastronomiques françaises, de trouver un restaurant qui serve correctement des plats de qualités composés d'ingrédient eux aussi de qualité à un prix décent. Je n'ai pas écrit bas ou vil, juste normal et décent. En effet, la rue Saint Rémy et ses alentours, qui regroupe un nombre incalculable de restaurants, me semble être devenue un repère d'établissements pratiquant une guerre des prix à outrance, sous couvert de valeurs sûres et à grands coups de plats rustiques servis dans un cadre déterminé par des codes gros comme des bus de japonais. Une façade en bois, des murs de pierres claires apparentes, tant mieux si elles sont un peu usées, des poutres apparentes et d'énormes ficelles comme le menu au mur ou sur ardoise, une ambiance au choix brasserie où l'on braille au point de connaître toutes les commandes de stables voisines, branchée à paillettes avec musique de sex-shop ou d'ascenseur au choix, ou pseudo new-age avec le mélange des genres ' Bref Saint Rémy et alentours, quand on cherche de la qualité, quand on cherche à associer le moment aux mets, quand on veut éviter la foule, les bouchons, la rocade, les parkings sous terrains de taupes, quand on recherche un vrai cadre et pas une mise en scène de mauvais théâtre associatif, malheureusement on évite. Certains établissements sortent pourtant parfois du lot, mais seulement parfois, sans pour autant faire oublier le reste. Bien entendu, l'essor des sites web de comparaison d'établissement a ouvert le marché, et tous les restaurants y sont aussi séduisants que les avis subjectifs. Toutefois ces derniers permettent de faire le tri, parfois, et c'est bien pour cela que je me permets ces lignes. Ainsi j'ai bien failli « me faire avoir », croyant dénicher la perle rare dans ce quartier. Mon épouse, bordelaise avertie, m'a heureusement averti sur la méprise entre les pages web, les menus et la réalité, me rappelant nos trop nombreuses malheureuses expériences en la matière. L'établissement s'appelle le « ROCOCO » et se trouve face à la gare de GUJAN MESTRAS. Je vous laisse le soin de consulter les photos, menus et autres informations courantes qu'on trouve, parfois trop quand elles sont contradictoires, laissant ainsi planer le doute sur la crédibilité de certaines d'entre elles, pour simplement laisser mon avis. Les places de parking ne posent aucun problème, puisque le stationnement est possible sur toute la longueur de la rue ainsi que sur le parking de la gare qui se trouve à quelques mètres de l'établissement. Lorsqu'on passe la porte on pénètre dans un univers sans pour autant se couper du monde. Trois personnes sont aux commandes, Madame en salle, aidée par une jeune fille, et Monsieur en cuisine. L'accueil est à l'image du service et des plats : de l'excellente qualité et du sourire sans fioritures de mauvais aloi. Nous avions réservé et je vous conseille d'en faire autant, la salle était pleine à 21 heures un 1er mai. Aucune attente, et il est à noter qu'aucune des tables que j'ai eu l'occasion de voir n'était située devant la porte des cuisine ou devant celle des sanitaires. J'ai passé trop de repas dans le bruit des cuisines, les courants d'air ou pire dans les effluves gastriques d'autrui, souvent accompagnée du bruit de ces infâmes machines qui soufflent sur les mains sans sécher, pour apprécier d'avoir une table normale, pas bancale, tranquille. Il en va de même pour le confort des assises, rien de plus détestable, qui donne envie d'écourter le repas. Notons que je pourrais paraître ici difficile. J'ai simplement le souci de bien faire et de bien faire part. La carte des apéritifs laisse une large part aux boissons régionales sans pour autant délaisser les amateurs de marketing ou goûts transportés aux quatre coins du globe (j'adore cette expression idiote qui permet de conjuguer le caractère invariable du chiffre avec l'absurdité d'une sphère à coins). Ainsi pour notre part nous avons conjugué le Lillet blanc et le Tariquet en leur adjoignant un plateau de légumes frais accompagnés d'une sauce tartare. Des légumes beaux, propres et bons, le retour à la simplicité est parfois rassurant. Halte aux cacahuètes de bistrot grasses, glissantes et trop salées qui cassent le goût des breuvages nobles, ou masquent souvent celui des pires potions. Nous avons commandé à la carte des crevettes décortiquées au confit de tomates aillé, accompagnées de piperade et de riz, et pour ma part une entrecôte aux cèpes et foi gras frais accompagnée de frites maison et d'un verre de Graves. La viande était tout bonnement exceptionnelle. Sans que j'en connaisse la provenance, je la situerais entre une blonde l'Aquitaine et une Bazas. D'une fraicheur incomparable, c'est-à-dire tout juste ce qu'il faut de jours après abattage, persillée juste comme il faut, grasse mais pas trop, de cette graisse dont la couleur et le goût en disent long sur la qualité de ce qui est préparé. De ces viandes qui vous font pousser des grognements de plaisir et dont la délectation vous fait redevenir un animal satisfait. Les cèpes étaient coupés ni trop gros ni trop petits, ni trop aillés ni trop peu, et d'une cuisson comme je les adore, un peu croquants mais tout de même tendres, qui se tiennent sans partir en vulgaire purée, le tout avec du persil frais ' j'en salive encore. Il en va de même pour le foi frais poêlé, tout juste coloré et fondant, un délice. Tout ceci accompagné de frites avec un goût de vraie pomme de terre, ce qui devient très malheureusement rare, croirait-on que ce tubercule devient celui des nantis quand il est de qualité tant il est parfois méprisé au profit de « choses » plus exotiques et fachionne, et un verre de Graves de quoi damner un saint. De quoi dilater les canaux lacrymaux et contracter tous les muscles du sourire sans pour autant dévoiler à sa douce le contenu de la bouche, restons correct tout de même, il s'agit d'un anniversaire de mariage ! Je ne me prononcerai pas sur les crevettes au confit de tomates arrosées de Tariquet de ma chère et tendre, dont le silence et le sourire en disaient bien plus que ce que je ne pourrais le faire. Toujours est-il que ces plats transforment la tentation en envie, et font passer du stade du « je ne sais pas quoi choisir sur la carte tout me dit », du « regarde cette assiette qui passe » au « finalement je prendrais bien du brebis avec de la confiture de cerises noires avant le dessert, je suis certain qu'il est excellent vus les plats ». Et on ne s'est pas trompés. La carte des desserts est souvent décevante. Je ne sais pas si vous avez remarqué, que les entrées et les desserts sont souvent d'une affligeante banalité. La page des desserts est souvent partagée pas des crèmes caramel maison, mousse au chocolat du chef et autres tartes façon grand-mère, sans oublier les inévitables crèmes glacées, sorbets et coupes colonel-Antilles-bleu chimique. Je vous fais grâce de la carte du fabricant de crèmes glacées façon routier de bord de nationale désaffectée, portant la petite mention « suggestion de présentation », souvent accompagnée du rond de tasse à expresso et dont le carton se dédouble, ici ce n'est pas le cas. Parce-que tenez-vous bien, les desserts sont ici à la hauteur de tout le reste. Des valeurs sûres, certes, comme les profiteroles du chef qui, contrairement à beaucoup de vulgaires gonades encore gelées jetées dans une coupelle ébréchée (à se demander si la taille n'est pas calibrée sur la résistance du crâne de la malheureuse serveuse racornie quand on lui jette au visage), sont de vraies profiteroles taille homme en vraie pâte à choux avec de la vraie crème glacée et du vrai chocolat, mais également un peu d'audace, comme le cannelé façon profiterole avec sa glace à la sanguine, ou le macaron à la framboise et sa glace à la violette, à tomber à la renverse. Même le café est bon. On le néglige trop souvent celui-ci, le feu d'artifice est terminé depuis la fin du plat principal dans beaucoup d'établissements. Ici, il se continue même après la sortie, tant la qualité est conjuguée avec la quantité, le sourire du personnel et la visite du Chef qui passe de table en table (il sait qu'il peut le faire, il n'aura aucune critique). Enfin, l'addition, qui pourrait gâcher la fête, ne fait que confirmer qu'on peut encore trouver de la qualité à un prix tellement normal qu'il pourrait paraître avantageux si on considère que l'on achète des plats, mais également un moment, un voyage et des souvenirs. Merci, Le Rococo, de ce voyage. Vraiment.

cocoricou - Pau - 23/01/2012

Mérite le détour

Trés bon restaurant : la cuisine est faite maison avec des produits de qualité. Les propriétaires sont trés agréables. Bref, un excellent endroit pour passer un moment trés agréable...

josette et pascal - mios - 20/02/2011

bien agreable

agreablement surpris par la presentation le gout et la qualite cadre sympa le chef vient vous voir si tout va bien surtout prenez des profiterolles!!!!!!!

routis sylvie - audenge - 13/02/2011

a connaitre

Decor baroque super .très agreable.Accueil très cordial. Tres bonne cuisine ,très bonne qualitè prix ,très contente de l'ensemble rien a dire reviendrai sans aucun doute.

Cathy et Patrick - LE TEICH - 16/05/2010

Genial

Déco super sympa et conviviale. Enfin un restau comme on aime à Gujan. Bon repas et assiettes bien remplies, à un prix abordable. Nous reviendrons accompagnés... A bientot!

vivi - GUJAN-MESTRAS - 02/01/2010

jour de l'an

Bon acceuil du restaurant,trés bon repas,convivial.Si j'ai l'occasion,je reviendrai.

dufour - issy les moulineaux - 14/12/2009

super

un restaurant avec une tres belle deco, acceuil formidable ,cuisine parfaite. Dés que nous retournons sur Gujan,nous reserverons encore une table.

Poster un commentaire sur Le Rococo à Gujan-Mestras

Votre nom (ou choisissez un pseudonyme) :

Votre ville :

Votre email (seulement utilisé pour vous informer de la validation de votre avis):

Titre de votre commentaire :

Votre note de 1 à 10 (10 étant la meilleure) :

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

Rédigez ici votre avis sur ce restaurant :

Entrer le résultat : 10 + 9 = ?  (nécessaire pour poster votre avis)